André … ex CRS … et humain. 

Réveil à Brezins, au fond des prés du centre sportif de la commune, bon temps autour de midi dans un verger truffé de noyers, bref, toute la nature se ligue pour nous donner une bien belle étape à nous 7 en ce jour d’été indien. Nous en profitons … le rythme pépère de notre avance en témoigne. St Pierre de Bressieux, 16h. Et si on commençait à chercher de quoi bivouaquer? Lors de cette quatrième quête de refuge, nous sommes de plus en plus confiant … et il y a de quoi! Jusqu’ici, nous avons toujours été reçu à notre première demande! Un chien, quatre chevaux et deux humains … Faut pourtant y croire!

Nous avisons un pré bordé des clôtures électriques destinées aux chevaux … Et une jolie maison à côté … Une cloche attend avec impatience de se faire battre … je me précipite pour la soulager.  Apparaît un monsieur très droit et taillé au couteau … en tenue de cavalier.

André. Il ne se démonte pas le moins du monde en découvrant son entrée assiégée par notre troupe au look de manouche nostalgique. Une fois de plus – et ce depuis maintenant une semaine – la première porte que nous frappons est la bonne. Émerveillement. Très vite il nous fait part de sa complicité et nous parle de son passé de cavalier randonneur et d’amoureux du dressage. Passionnant. Nous nous reconnaissons et sommes en lien profond dans notre amour des crinières. La rencontre est, une fois de plus, de taille! André nous raconte son passé. Très riche. En plus de ces histoires de voyage à cheval, il nous parle de son métier. CRS. Ben oui. Et que je ne vous entende pas rire, là au fond de la salle. « Et je n’aime pas les flics » dit-il!  CRS, Ok mais un peu particulier: officier dans des compagnies de secours en montagne. Ça recadre pas mal. Il adorait son métier, et il ne s’est pas privé de nous communiquer son enthousiasme. J’aime cette rencontre car en plus de la richesse de son passé j’admire la droiture, le pas décidé, le maintien précis et l’incroyable présence de cet homme … qui affiche 80 ans au compteur! Merci André pour ton témoignage. Quel merveilleux exemple de ce qu’il est possible de vivre à cet âge … moi qui n’ai pratiquement pas droit à la retraite et même considère cette invention comme un piège potentiel, je savoure à pleine écoute cet exemple de vitalité. Oui, cela dépend de sa santé … mais je pense que cette santé est aussi un choix.

André, Nous avons passé une soirée et une matinée les oreilles écarquillées et branchées en direct sur ton sac à souvenirs!  Nous avons vu  … presque en direct … le rire des gens qu’il a pu tirer in extrémis de leur mauvais pas en montagne mais aussi la douleur de notre hôte en évoquant ceux dont il a déploré ne même pas avoir pu ramener le corps et surtout de ceux qui sont morts dans ses bras ou même une fois attaché dans son dos alors qu’il tentait de ramener le blessé en sécurité. Au risque de sa vie dans une paroi hostile. Il nous parle aussi des élèves de l’école qu’il a créée, nous parle des gens qu’il a sauvé et dont il reçoit encore des cadeaux, il est intarissable et notre attention constante!

Nous avons eu droit le lendemain matin à une démonstration de dressage. Il n’a plus qu’un cheval, Kéros, mais il nous a montré la danse qu’il est possible de créer avec un complice qui joue et se fait plaisir en même temps que l’humain qu’il est fier de prendre sur son dos. Harmonie, bien plus formée que moi à cet art qu’est le dressage est un peu plus critique, mais partage mon opinion concernant l’approche très humaine – à la fois douce et ferme – que cet homme nous propose dans sa relation avec son cheval, son chien … et nous!

 Grand Merci André pour ton témoignage, il est un merveilleux plat dans le festin que nous nous offrons actuellement!