////  Surprise en arrivant à Ronchamp … Un poney buissonnier déboule vers nous … qu’est-ce qu’il nous veut ? Agressif ? Joueur ? Dragueur ? Toujours est-il que Shakti, effrayée, dérape. Tombe pas mais se réfugie derrière nous. Qu’on serve quand même à quelque chose à c’tte caractérielle. Le fugitif s’approche de Gamino et a l’air de faire ami-ami. C’est mieux. En fait les propriétaires n’arrivent pas à le maîtriser. Bon, m’a pas l’air trop coriace. Je mets ma cape de Zorro, saute et choppe le récalcitrant. J’apprends que ce poney a été offert (étalon et non débourré !) à un gamin de 9 ans qui ne connaissait pas grand-chose aux chevaux et dont les parents, eux, ne connaissaient strictement rien ! Cadeau à double tranchant … pour ne pas dire empoisonné.  Allez zou, je leur donne un coup de main ! Je suis pourtant un peu stressé, n’ayant plus de pain ni de carte topographique et il est dimanche 11h … j’espère un magasin ouvert. M’enfin, je prends trop de plaisir à rendre ce service, tant pis pour mes courses. Le délinquant avait profité d’un changement de pré et de la peur de ses proprios pour venir chercher notre compagnie !  Fallait un peu le recadrer et montrer un peu de fermeté à cette dynamite, tout en lui montrant qu’on pouvait être très câlin et en sécurité s’il suivait nos indications.

S’en suit une bien belle rencontre! Non seulement j’ai eu mon pain … un repas, un lit, une machine à laver et à sécher le linge mais en plus un lieu pour vous écrire et nourrir votre blog préféré. Et surtout un accueil très chaleureux dans un quartier de Ronchamp, j’ai eu bien du mal (pour aller vous écrire … un dimanche) pour quitter une table très riche où dansaient une ribambelle de mets délicieux n’attendant qu’à se faire doucement déguster … J’espère ne pas avoir froissé mes hôtes.  Vous imaginez mes difficultés, le voyage à cheval n’est pas toujours de tout repas repos!  Je plaisante …

Clément 11ans, celui de la photo, a été bien troublé par notre passage. Invité à dormir dans la chambre de son grand frère Julien absent … le petit bonhomme craignait que je ne vole la télé-écran-plat de plus de 75 cm qui trônait dans cette chambre … La maman avait beau lui expliquer que même plié en 4 je ne pouvais l’emmener sur mes chevaux, il n’a pas voulu dormir dans sa chambre voisine mais en bas sur le canapé près de papa-maman … « – m’enfin maman, tu m’as bien dit de ne pas parler aux inconnus ? Toi, non seulement tu leur parles mais en plus tu les invites à la maison ! Et la télé de Julien ? ».

Comme vous pouvez voir sur la photo, le lendemain le Clément avait bien repris confiance … La bonne bouille de mes anges y est pour beaucoup!  

////  A Salm, Shakti la teigne n’a pas arrêté de provoquer et de se faire provoquer toute la nuit par une jument tout aussi teigneuse. La clôture qui les séparait, simple fil électrique (sans courant, mais là il ne faut pas leur dévoiler) a heureusement suffit. Les deux mégères étaient ferrées. Menaces, ruades, démonstrations de force auraient probablement mal tournées si elles avaient été en contact !  Gamino assistait à tout ça … parfaitement indifférent !  Etait-il l’objet de cette agressivité ? Toujours est-il … et c’est là que je veux en venir … ben, là, maintenant, le lendemain que nous nous en allons, les deux rivales s’appellent, hennissent à fendre le cœur, Shakti regarde dans tous les sens pour retrouver cette fameuse jument. Désespérée.

L’expression « ils se cherchent » vient de là ? Ça ne vous dit rien ?

////  Drôle d’effet : sous le col de St Marie, je consulte ma boussole et la découvre en totale opposition avec mon intuition … Bizarre, ce sentiment de ne rien comprendre … et même un tantinet angoissant … après vérification, rond dans la forêt, patience de mes deux crinières, je m’arrête, pose l’engin sur un tronc et constate qu’en fait la proximité, dans la même poche, de mes antiques lorgnons (super pratique, je vous le conseille pour le voyage à cheval) … déboussolent complètement mon précieux instrument … Va falloir les ranger autrement si ces deux là ne peuvent pas non plus se sentir !

////  Un truc que j’ai oublié de vous raconter qui m’est arrivé chez les Biquettes à Rupt. Cela faisait déjà quelques jours que j’étais comme un coq en pâte, soigné, bichonné, dorloté et pourtant je restais très fatigué et constatais que de vieilles courbatures ne s’en allaient pas.  Aaaaah ? J’avais déjà eu deux fois la maladie de Lyme, de la fatigue et des douleurs aux articulations, un peu comme des courbatures qui ne partent pas … assez insidieux comme symptômes, rien de franc.   Je consulte un médecin à Remiremont, plutôt sympa et pas trop dogmatique. Il confirme que cela pourrait bien être cette infection. Saloperie de tiques. Le bon docteur m’annonce que les deux seuls traitements qui existent sont ceux auxquels j’ai déjà eu droit. Antibiotiques. Plein d’effets secondaires. J’évite tant que je peux mais là c’est trop grave.  Au choix : l’un consiste en une quinzaine d’injections, le médecin ne voulait pas que je m’auto-injecte … pensez si c’est pratique, trimbaler sa dose et chercher tous les soirs – à cheval – une infirmière disponible … mission quasi impossible ! L’autre traitement : des cachets à prendre tous les jours pendant un mois … jusque là pas de problèmes mais il y a un effet secondaire très pénible : faut s’abriter du soleil direct … En allant à St Jacques je me suis retrouvé dans ce cas de figure et le médecin ne m’avait pas prévenu … mes mains devenaient noires de par les brûlures de l’astre solaire en plein délire peu avant mon entrée en Espagne … Vous voyez le tableau ? Chemise à manches longues, gants, foulard et pantalons couvrants, en plus bien entendu,  de mon habituel grand chapeau. Par plus de 35° à l’ombre parfois. Galère, très grosse galère !  L’homme de l’art a la gentillesse de me faire deux ordonnances, pour que je puisse choisir entre Charybde et Sylla (là l’orthographe je certifie encore moins que le reste). Visite chez un charmant apothicaire qui confirme le joyeux programme … je n’achète rien : je veux savoir si mes hôtes peuvent m’héberger le temps des injections et surtout laisser la nuit m’inspirer. Perplexe.

Illumination le lendemain matin … j’ai dans ma pharmacie perso (non remboursé par la sécu) un produit que j’utilisais contre les tiques – du « Tictox » – et dont j’avais oublié l’existence ! Il est à base d’huiles essentielles, rien qui puisse rassurer le corps médical imbibé de suffisance (bon, oui, d’accord, pas tous…) et de chimie. Rien à perdre, pas d’effet secondaire, je me mets en cure : deux fois cinq gouttes chaque jour … Et … surprise … Ben l’effet est aussi spectaculaire qu’avec les antibiotiques : que ce soit à la première injection ou le premier cachet, je retrouve la forme aux premières prises de ces gouttes d’huiles.  Heureux d’expérimenter pour la première fois l’effet de ce médicament alternatif non reconnu par les instances médicales et pour une maladie grave. Pourtant particulièrement efficace. A l’heure ou je vous écris, cela fait plus d’une semaine que je prends ces gouttes et ne suis plus anormalement fatigué ni perclus de douleur … En gros j’ai rajeuni d’une quinzaine d’année !

Évidemment ce produit ne coûte que 26 Euros (contre environ 400 Euros pour les injections !!) pour soigner une maladie qui peut être mortelle …  et ne fournit pas de travail à bien des acteurs … souvent inutiles, voire parfois dangereux … de la santé publique …

Bisous à presque tous !