Dimanche soir.

Au Remspach au dessus de Linthal à la Ferme des Pensées Sauvages.

Pfffff, deux heures ce matin pour préparer tout mon bazar puis une heure pour préparer et charger les chevaux  … Pas encore au point tout ça … Pfff, pas la frite si chaque jour il me faut autant de temps … Bon faut dire que les bêêêtes étaient particulièrement crades ce matin. Je me souviens qu’à l’époque, avec Gamino, au début je mettais autant de temps … Alors je n’ai donc pas trop à me plaindre avec deux tas de boue…

Eux par contre ont la frite, ils ne demandent qu’à y aller !  Détour à la banque, comme au far west : les deux chevaux attachés devant la boutique, je cherche mes sous ! Sont sages et bougent pas.

Et c’est parti … m’enfin, j’ai pas trop la forme, les premiers bivouacs et balades sérieuses ont été faites accompagnées, et même charmantement et efficacement accompagnées … alors me retrouver avec 1020 kg de cheval et 80 kg de fourbi divers et variés, 73,7kg de ma propre humanité à gérer du haut de Gamino … ben j’ai un peu la trouille en me sentant pas mal … lourd. Et empoté. Et pas le moral.

Deux heures plus tard, Gamino vient de me faire un écart pas possible, Shakti a pas bronché … en passant devant un bonhomme de neige … Gamino, je peux savoir ce qui te prend ? – Ben … Patron, t’as pas vu ? Il était tout moche et il me tendait son nez en bois comme s’il allait me sauter dessus – … Gamino, je te rappelle que tu es sensé être un cheval exemplaire  – … Ben j’en suis un ? non ? – Sur ce coup … : Non.

Jusqu’ici Shakti est exemplaire elle … Aujourd’hui elle porte les bagages. Par contre à partir de Linthal, c’est la merde (des fois que Brigitte me lise) pagaille. Shakti remet sur la table sa sale manie de s’arrêter n’importe quand. Là j’emploie la méthode « Harmonie » … à savoir une solide engueulade dès qu’elle s’arrête. L’a beau être toute menue et discrète, la Harmonie c’est du crac-boum et discute pas …  Dans un chemin empierré j’ai cédé mais ensuite non et elle a fini par prendre à nouveau le rythme de Gamino. Résultat des courses : on était déjà pas très en avance … ben on arrive dans le tout petit hameau du Remspach où personne ne nous attend, crevé, y a de la neige partout, donc rien à brouter et la nuit commence à rigoler en nous découvrant près à nous jeter dans ses bras sans aucune sécurité en vue.

Merde Diantre.

Heureusement qu’un pote de mon fils  Benoit nous avait donné un tuyau … recherche de la ferme « les pensées sauvages » le tuyau s’avère excellent : après une journée maussade, accueil sublime, je n’ai pas le cœur de refuser la chambre, le thé et la douche que Frantz, adorable paysan bio (et bio dynamique) me propose. Il fait trop froid pour jouer au héros et içi, à 900 m le ferme de Frantz est douce et accueillante …

Je renoue avec mes découvertes de mes précédents voyages : la fleur sur le fumier est la plus belle de toutes les fleurs.

Je vous transmets une belle parole de Frantz. Je parlais de mon pessimisme face à l’avenir social et écologique : « bof, pourquoi s’inquiéter, nous paysans, nous ne savons jamais ce que nous allons récolter, mais par contre  nous semons chaque année ! »

C’est pas le tout, je suis bien crevé, je file me doucher et me coucher !

Lundi soir, écurie du Felsenbach.

Au dessus du Remspach

même par beau temps

Départ avec Gamino bâté, Shakti sellée

Mmmm, aujourd’hui météo sympa, du soleil ce matin mais pas mal de degré en moins et un peu de vent. Le chargement des deux morfales s’est effectué deux fois plus vite qu’hier et j’ai eu pas mal de plaisir avec cette lumière… (voir les photos ! ) autrement dit, la frite revient !

En fait, à 900 m ce matin, après avoir beaucoup surfé sur la glace ou pataugé dans la neige profonde, nous avons rebroussé chemin et je n’ai pas pu continuer le tour que je souhaitais initialement effectué … Shakti étant trop effrayée par la neige profonde. Retour un peu plus bas, changement radical de cap, je vise une pâture plus basse et exposée au sud … manque de bol, un gars adorable, Bernard Riethmuller, propriétaire d’une écurie m’annonce que ce que je cherche pour bivouaquer est inatteignable à cheval, largement recouvert de neige … bref, rien à manger pour mes deux cheval’s … mais il est tout à fait OK pour m’accueillir … et je termine ma journée (et bientôt ma nuit)  au club-house du monsieur !  Bon, hein, la haut y a rien à manger pour mes bestioles, alors hein, je force pas !  En attendant, le but de la manœuvre est de s’entraîner, pas de faire du chiffre kilométrique et je peux vous dire qu’on apprend beaucoup !  Les étapes sont courtes, mais tout se passe plutôt très bien !  Shakti a encore des progrès à faire, mais aujourd’hui elle ne s’est ni figée, ni cabrée … on peut pas encore dire qu’elle avance selon le critère cavalier : calme, en avant et droit, m’enfin pour du terrain totalement inconnu elle s’améliore.

Un truc que je viens de trouver (tout seul !) : j’exige une nouvelle classification du  monde du vivant, dorénavant il sera séparé en trois catégories … les humains, les animaux et … les chevaux …. Z’êtes pas d’accord ?

Aller, je vous laisse, bientôt dodo, la toilette va être vite faite … l’eau est glaciale !  Bisous à tous, Claude