Magie.

Ce mercredi 7 juillet je quitte Vagney (88) guilleret, mes compagnons sont en grande forme, une inconnueAccueil original que j’aurais aimé remercier nous a offert un pré, du grain et un abri où j’ai pu dormir. La météo est idéale, grand beau sans chaleur excessive. Le pied! (Le sabot )

Montée au col du Xiard, chemin parfait, et confirmation que je ne me perds plus … depuis que je ne regarde plus la carte, mais ne m’occupe que du cap donné par ma boussole en m’appuyant sur des repères notés le matin. Grande découverte : finalement, on ne se perd que si on cherche à savoir où l’on est! Et sans s’occuper de la carte, la précision reste bien suffisante pour nos besoins vitaux. Mais en repartant de ce col … l’erreur : remettre mon nez de rationnel inquiet dans les méandres des indications de ma carte … Et je me mets à tourner en rond, tel le débutant … paniqué par l’absence de références visibles dans la forêt au dessus de Rupt. Et notez qu'il n'est plus attaché!Je mettrai quatre heures à couvrir une distance que les gens du cru avalent en une petite heure! La honte! Ras le bol. Tant pis, je redescends dans la vallée et vais me farcir du goudron.

Je cherche à atteindre un gîte équestre, voilà une semaine que ma toilette reste bien sommaire et que je souhaite retrouver la douce caresse d’une douche sur ma peau restée un peu trop souvent poisseuse. J’ai une adresse mais il est déjà 19h … allez, je sacrifie à mes principes et mon forfait de l’ifon (*) … Et ? … Oui ! je peux être reçu par le « Gîte des Biquettes »à Rupt sur Moselle (je vous le conseille: 18 colline de Grandrupt 03 29 24 32 19, vlamartine@free.fr ou http://www.vlamartine.free.fr ) Oui, j’arriverai après 21h et Oui, ils me gardent un petit quelques chose à manger. Super!

Cinq minutes plus tard (toujours au même endroit : pause brouterie oblige) un homme m’interpelle du haut d’un énorme tracteur : « Attendez, ma femme arrive, elle fait beaucoup de voyage à cheval, elle vous a vu et veut vous parler … » Arrive une voiture, et une dame avec trois enfants qui nous entourent: ils ont l’air fascinés par mon équipage. « Venez chez nous, nous avons aussi des chevaux, vous nous raconterez! » Ouuuuuh, mais je fais quoi maintenant ? Pour une fois je choisis le standard : j’en ai plein les godasses, je n’ai pas trop envie de papoter et leur dis que je suis attendu dans le gîte. « Ah dommage, dimanche y a une fête du cheval tout près, on vous y aurait bien vu! »

Ceci étant ne voulant plus prendre le risque de me perdre dans des chemins merveilleux mais cachés, je choisis de faire marteler, pendant encore plus de deux heures, le macadam d’une piste cyclable par les 8 fers de mes Fidèles. Il n’est plus l’heure de musarder ou se perdre. Les poètes deviennent efficaces !!!

En haut de Saulx (**) 21h. Ooooh ? C’est quoi cette ferme bizarre avec de drôles de statues devant et des toits tout couverts d’herbe et de fleurs ? Là je commence à oublier ma fatigue (on pédale depuis 8h ce matin) et me souviens que la brochure indiquait « fromage bio » en parlant de ce lieu. Une roue à aubes – à godet en fait – tourne plus bas, des panneaux solaires trônent sur les toits, des chèvres batifolent en nous indiquant que nous sommes arrivés … je soupçonne que ce lieu ressemble bien à la ferme que je recherche pour ma nouvelle vie.ferme très originale

Et oui … l’accueil est en harmonie avec mes premières impressions, je dois être arrivé au vestiaire du paradis … ou au moins au vestiaire de mon paradis …

Je leur parle de ma démarche, et oui, ils sont OK pour m’accueillir … plus que cette nuit si je le désire! Super.

Et là, je vais passer un sacré moment à bouche-béer et à écarquiller les mirettes. Guy et Martine Vlaeminck, les propriétaires vivent à très peu de choses près l’existence dont je rêve! (Les chèvres et le fromage en moins!)

« Et pour info, nous sommes des wwoofers (***) » me dit Guy … Merde, je suis tombé sur une secte! « C’est une association internationale de personnes de sensibilité écolo qui offrent d’un côté gîte, couvert et formation pour la culture et la construction bio et de l’autre côté, en échange, main d’œuvre bénévole et bonne volonté » Oooh? Mais alors ce n’est pas une secte ? Génial : je reste, vous êtes d’accord ? «Écoute, me dit Martine, demain tu te reposes, et après demain, si tu veux, tu peux aider Guy à poser des planches sur la façade d’une maison que nous retapons, il ne peut pas le faire seul! » Ça, je ne me le fais pas dire deux fois! C’est exactement selon ce principe que je conçois mon voyage, et de cette manière que j’ai déjà gagner plus d’une fois ma paille et mon foin pour mes nuits (et mes chevaux) ! Super.

Le premier jour j’ai eu un cours sur les toits végétalisés, le principe des murs ou toits en essies (bardeaux en bois), le plaisir de m’occuper du vieux papa de 85 ans (avec histoire de campagne de Russie et d’Indochine) et un cours de quad!!! Eh oui, rien que du neuf et surtout du passionnant! Par la suite, au pair, logé et nourri dans un gîte de très bonne qualité, j’ai posé des planches sur un pignon garni d’un échafaudage (bricolo, disons-le quand même) d’une dizaine de mètre de hauteur, reçu des cours d’électricité, d’hydraulique et d’assainissement bio, restauré un antique portail, me baigner dans un étang de velours, et surtout, surtout jouir d’un environnement magnifique et d’un accueil du même ordre!!!!

à savourer sans modération!

(*) prononcez « aï-fone »

(**) prononcez comme « Saut », c’est tout près de Rupt

(***) et là, ça suffit, je ne vais quand même pas tout vous mâcher!