lundi 19 juillet

Adieu délicieux de mes hôtes bio et wwoofer, Guy, ours des montagnes …( un peu comme celui des Pyrénées), me dit combien il a été content de travailler avec moi, Martine de m’avoir rencontré et me montrent qu’ils partagent ma difficulté de nous séparer … Pas trop traîner sinon je vais oublier que je suis nomade!

Belle matinée … je ne me suis même pas paumé!

19h, je viens de traverser un bout du plateau des 1000 étangs (= 1000 merveilles) avec une météo idéale … Une famille m’offre de précieuses indications vers un chemin magique puis fleurissent leur service en m’offrant jus de fruit et pastèque pour mon petit gouter … Très belle fin d’après midi!

A Servancieux, (près de Servance (70)), au soir … Un monsieur et une dame, occupés dans leur jardin acceptent que je plante ma tente dans le pré de leur oncle (« – mais attention de ne pas déborder chez le voisin … Monsieur la propriété privée est sacrée en Haute Saone »). Et m’offrent ensuite un des plus beaux cadeaux qu’on puisse m’offrir à ce moment … une douche. Et m’invitent à manger. Sur ce, arrive une bien jolie jeune femme à cheval … « – Ah ! Mademoiselle (bon, elle est mariée, on peut se gourer non?) vous arrivez une demi-heure trop tard, j’ai déjà déchargé mes chevaux, accepté l’invitation de mon hôte sinon je vous aurais bien demandé une petite place pour ma tente et un pré pour mes chevaux » … « – Mais alors, cher Monsieur, me répond-elle, venez donc demain matin prendre un petit déjeuner, ce sera avec grand plaisir que je vous montrerai mes chevaux et le petit paradis que nous avons créé mon mari, mes enfants et moi-même … » Fin du premier épisode …du délicieux premier épisode.

Le lendemain matin Shakti se croit maligne en se coinçant dans la forêt et en cassant sa longe … m’em ….erde parfois c’te bestiole … Je cherche à me dépêcher pour ne pas arriver trop tard à cette invitation. 10′ plus tard après 300 m d’un bon raidillon (faut c’qui faut!) j’arrive dans un nouveau paradis! J’ai l’impression que cette région en est truffée! Vieille ferme à retaper d’un côté, deux drôles de petits chalets ronds de l’autre … panneaux solaires tout près, je sens que je vais encore faire bien des découvertes …

Et c’est parti pour un nouvel émerveillement!

Laetitia, la belle cavalière me reçoit avec un sourire éclatant, Noé son fils de 4 ans est de très mauvaise humeur et me regarde d’un sale air. Petit déj’ comme prévu, papotage sympa.

Laetitia , brune, cheveux droit, mi long, est calme et souriante, la force d’une maman déterminée. Par la suite j’apprends qu’en fait ce concentré de douce féminité est un épouvantable casse-cou! Cheval, ski et VTT sont des moyens d’expression de son trop plein de vitalité. Et pourtant … tout dégage calme et douceur … Une longue présentation mutuelle suit, nous constatons que nous avons bien des points communs! Arrive Dominique le mari, re-rencontre, re-plaisir de se trouver tant de similitudes dans nos aspirations, nos colères et nos rêves! « – Dis, Claude, il est midi, tu manges avec nous ? m’invite Lætitia. Et cet aprèm’ …. je partirai bien faire un tour avec tes chevaux! … et après, tu ne vas quand même pas repartir! ». Ben non.  300m est quand même une bien longue étape …  Balade avec Lætitia, bonheur avec mes deux anges libérés de leurs bagages qui en profitent pour s’éclater (comme des bêêêtes) au grand galop. Et Lætitia aussi … bien trop contente de trouver quelqu’un en phase avec elle à cheval. Les chemins et les étangs sont sublimes! Découverte de ce plateau au rythme des chevaux essouflés … Lætitia se défoule! En fait elle manque de complice qui partage notre façon de monter! Et c’est vrai qu’elle en veut la minette, ça ne m’étonne pas que son père lui ait interdit le VTT tant elle prenait de risque! Le soir, Dominique – ours notoire – est à nouveau avec nous. Grand, sec, posé, à priori taciturne (mais seulement à priori!), une barbe d’une semaine, est charpentier d’un très haut niveau, il bosse sur un chantier très originale: un vieux célibataire veut faire revivre une ancienne scierie, ils ont besoin d’un charpentier compétent et acceptant de relever le défi de l’authentique. Rebelote le soir avec ce couple pour des échanges toujours plus enrichissants. Leur vie est très simple. Ils vivent avec très peu. Et pourtant ce couple si disparate et hors norme rayonne une grande joie de vivre. Retape une vieille ferme, mais habitent provisoirement dans deux toutes petites maisons en bois, ressemblant à des yourtes en dur. Le plus grand plaisir que je prends avec eux est de confirmer qu’il est parfaitement possible de Vivre (le grand « V » n’est pas un hasard!) dans une très belle harmonie avec la nature en dehors d’un système planèticide qui réduit l’humain à un produit, un numéro. Pierre Rahbi appelle ça la sobriété choisie. Et ça marche!

L’esprit du lieu? Beaucoup de bon sens retrouvé en dehors d’un système où le stress maintient la tête dans l’guidon. Joie de vivre dans des conditions toute simples mais suffisantes. Ils ne sont pas étonnés de me voir partir pour plusieurs années avec finalement bien peu de bagages perso. Acheter n’importe quoi pour l’abandonner à la déchetterie le lendemain … non merci. Ils m’ont initié – entre autres, rassurez vous! – aux chiottes sèches! Pas d’eau, juste nos humbles oboles, de la sciure, le pq et 6 mois plus tard le tout devient un compost efficace. Et vous savez quoi ? Pas plus d’odeur qu’un wc « normal » … et encore il faisait très chaud ce jour. L’hiver ? Mais on aime la neige! Et nos deux mômes, faut les appeler sinon ils resteraient dehors même avec les 70 cm qu’on a souvent! On dégage cette neige avec le cheval comtois et un triangle-chasse-neige, pas de pb pourquoi? Longue discut’ avec Dominique et un pote, on peut très bien vivre serein avec très peu. En fait, plus on se donne du temps … ben ô paradoxe : moins on dépense d’argent … il n’y a plus besoin de dépenses com … compulsives et compensatoires … et Ok peu de TVA rentre grâce à nous mais on fiche pas la planète en l’air avec nos installations. 3M² de panneaux solaires, une petite turbine et une petite éolienne suffisent. C’est parfois un peu juste avec la voiture mais on y arrive. Tiens? Nous aussi on est parti en voyage pendant un an en calèche avec nos enfants … après avoir vendu notre maison.

Le lendemain matin : mes caisses sont fermées et pesées, je m’apprête à repartir quand Dominique me dit: « – alors tu pars? – ben oui – t’aurais pas envie de m’aider à démarrer un escalier ? » … vous auriez fait quoi vous à ma place ? … ben je suis resté évidemment et j’ai encore passé une journée formidable pleine d’enseignements techniques … et philosophiques! Y a rien de mieux que de se salir les mains pour rencontrer les gens!

Et c’est reparti pour de nouvelles aventures … (faut bien que je la sorte une fois celle-là!)